Menu

Partenariat pour une conception hygiénique qui offre davantage.

En matière de poisson ou de volaille, impossible de faire de compromis avec l'hygiène. Van der Graaf produit des tambours moteurs pour les convoyeurs à bande pour l'industrie agroalimentaire et recherchait un partenaire pour parfaire l'étanchéité des arbres de ses moteurs. Angst+Pfister travaille sur de tels projets avec l'EHEDG, l'association professionnelle pour la conception hygiénique des équipements agroalimentaires en Europe. Leurs deux savoir-faire complémentaires ont ouvert de nouvelles possibilités en matière de conception hygiénique.

Le moteur à tambour pour convoyeurs à bande dans l'industrie alimentaire : son joint d'étanchéité se blottit contre l'arbre en saillie.

 

Lorsqu'une savoureuse odeur de poulet rôti aux herbes sortant du four le dimanche s’échappe d'une maison, c'est que tout va bien. Cependant, pour cuisiner de bons petits plats à sa famille ou ses amis, il faut pouvoir faire confiance à la qualité des produits et à leur hygiène irréprochable. Pour cela, les ingénieurs développent sans cesse des conceptions hygiéniques pour la technologie agroalimentaire de matériaux et composants individuels et même d'installations industrielles tout entières. Les spécialistes de l'étanchéité d'Angst+Pfister sont impliqués dans cette mission.
 

Hautes compétences à l'appui

En 2019, Angst+Pfister a rejoint l'EHEDG (European Hygienic Engineering and Design Group), une organisation non gouvernementale qui se consacre à l'optimisation des conceptions hygiéniques des technologies agroalimentaires. Depuis les années 1980, cette organisation dialogue avec les fournisseurs pour lutter contre la contamination bactérienne et adopte les exigences les plus strictes. Ces recommandations sont conformes aux règlementations européenne et de la FDA (Food and Drug Administration) aux États-Unis. « L'adhésion à l'EHEDG nous donne accès à la crème des spécialistes de la conception hygiénique », déclare Jan Boomsma, Product Application Engineer chez Angst+Pfister aux Pays-Bas.

Angst+Pfister dispose d'un haut niveau d'expertise en matière d'hygiène concernant les matériaux, les mélanges de caoutchouc et les composants individuels. « Grâce à l'EHEDG, nous étendons désormais notre expertise dans le domaine de l'hygiène afin de mettre en exploitation des machines complètes, c'est-à-dire des solutions globales répondant à certaines normes de l'industrie », explique Jan Boomsma. Grâce à son savoir-faire, Angst+Pfister combine désormais ces solutions avec les besoins spécifiques des clients, tels que la résistance chimique au nettoyage ou la longévité des composants. « L'EHEDG est un partenaire pour la production et un réseau de compétences exclusif qui nous ouvre de toutes nouvelles opportunités, à nous et à nos clients. » Avec le Néerlandais Van der Graaf, nous avons lancé le premier projet avec succès.

Monotype : joint intérieur et extérieur (couleur sable)

 

 

 

Des tambours moteurs pour l'industrie agroalimentaire

Les clients de Van der Graaf fabriquent des convoyeurs à bande. Ces convoyeurs sont ensuite utilisés dans l'agriculture, les centres de distribution ou pour le transport des bagages dans les aéroports, l'industrie des produits en vrac, de l'automobile et de l'agroalimentaire. On ne peut pas faire de compromis avec la conception hygiénique. Leader sur le marché, Van der Graaf fabrique des tambours moteurs pour ces convoyeurs à bande. Ces produits peuvent être utilisés en continu et dans les conditions les plus exigeantes. Les tambours moteurs n'ont pas de composants externes. Tout est confiné dans le tambour : le moteur et les réducteurs fonctionnent dans un bain d'huile qui assure la lubrification et le refroidissement.

Van der Graaf avait besoin d'un joint pour ses tambours moteurs utilisés, par exemple, pour faire fonctionner les installations numériques de tri de la volaille. Ce joint se trouve entre l'arbre et le moteur (voir photo). Côté intérieur, il est étanche à l'huile moteur. Côté extérieur, il doit résister à l'eau chaude du rinçage à haute pression. De plus, le joint extérieur doit être incorporé dans l’enveloppe métallique pour ne laisser aucune chance aux bactéries. « Notre conception s'est imposée face à celle de plusieurs concurrents », raconte Jan Boomsma. Le prix a également joué un rôle.
 

Des ingénieurs soucieux des coûts et qui gardent une vision d'ensemble

Initialement, le projet visait uniquement le joint externe résistant à l'eau et la saleté. Pour l'intérieur, Van der Graaf avait l'intention d'utiliser un joint standard de type AS. « L'idée d'intégrer le joint interne dans la conception globale et de remplacer le ressort métallique existant par un joint torique très technique composé d'un mélange de polytétrafluoroéthylène (PTFE) nous a permis d'obtenir un prix très attractif », déclare Jan Boomsma. En effet, cette conception réduit les coûts d'installation et de maintenance. Cela a incité Van der Graaf à continuer à travailler avec Angst+Pfister. L'approbation de la conception par l'EHEDG a encore renforcé le sentiment de satisfaction des deux équipes. En outre, l'organisation d'experts Dekra a procédé à des contrôles qui ont aussi donné de bons résultats. La solution Angst+Pfister a obtenu la classe de protection IP69K. La classe de protection indique généralement dans quelle mesure un boîtier protège des objets solides et des liquides. IP69K signifie : aucune pénétration de poussière ou d'eau chaude sous haute pression.
 

Le défi : Utilisation en usine

La classe de protection IP69K seule ne signifie pas que la solution répond à tous les besoins du client. Van der Graaf a donc commandé une présérie pour la tester en usine. Comme l'explique Jan Boomsma, ce n'est pas une tâche facile : « Ces entreprises dépendent de la fluidité de leurs productions. Même si des innovations prometteuses arrivent sur le marché, elles n'ont guère d'intérêt à faire ces expérimentations tant que leur installation fonctionne correctement. » Il est difficile d'obtenir un retour substantiel et pertinent lors des essais chez les clients des clients à l'étranger. Cette phase de test a donc pris un peu de temps. « Si les choses tournent mal, vous avez un retour immédiat. Si tout va bien, il faut un certain temps pour en être sûr. » Les tests ont fini par faire leurs preuves, et la première série de joints a été livrée.

Chez Angst+Pfister, on a hâte d'apporter des contributions innovantes en matière de conception hygiénique pour les technologies de l'industrie agroalimentaire. Alors n’hésitez pas à mordre de bon coeur dans votre poulet rôti !


 

En savoir plus sur la technologie d’éntachéité APSOseal®

 

Vers le site du EHEDG



published: 16 oct. 2020 à 15:26:00  by: Angst+Pfister Group