Menu

Qualification maximale dans un nouveau domaine

Lorsque les choses deviennent techniquement délicates, Angst+Pfister a une méthode bien rodée : faire preuve de savoir-faire, activer le réseau approprié et toujours être sur place directement chez le client. Le fabricant automobile PWO avait besoin d'aide pour se positionner sur un marché plus large et générer de nouvelles commandes. De nouvelles attaches caoutchouc-métal devaient venir découpler les boîtiers des systèmes de climatisation des supports de tableau de bord déjà très développés de l'entreprise.

 

Grâce à son grand savoir-faire dans le domaine des éléments en caoutchouc-métal, Angst+Pfister accompagne ses clients main dans la main (pour ainsi dire), afin de développer des solutions prêtes à l'emploi qui répondent à des processus de production techniquement exigeants. « En travaillant étroitement avec nos partenaires, nous sommes en mesure de réagir en amont aux problèmes et aux situations inattendues », explique Mario Eckel, Product Application Engineer chez Angst+Pfister en Allemagne. Il peut toujours faire appel à la longue et vaste expérience de son équipe de développement. Dans ce cas précis, il fallait assister l'entreprise PWO à livrer une unité complète avec amortisseurs de vibrations intégrés, afin d'élargir sa position sur ses marchés.
 

L'union de deux experts

Situé à Oberkirch en Allemagne, PWO est un fournisseur pour l'industrie automobile. Trois mille quatre cents personnes travaillent sur ses cinq sites de production et ses quatre sites d'assemblage dispersés sur trois continents : en Allemagne, au Mexique, au Canada et en Chine. Parmi les plus de 1 000 produits destinés à la sécurité et au confort dans l'automobile, on trouve des supports de tableau de bord (voir image 1), par exemple pour la nouvelle BMW Série 3. Ces supports permettent de fixer la console centrale, le volant ou les écrans, et viennent compléter les dispositifs de sécurité en soutenant intelligemment la structure complexe anticollision des voitures individuelles modernes. En même temps, ils apportent un brin de confort en absorbant les vibrations et en diminuant les bruits ambiants : tout cela en respectant les plus hautes exigences en matière de précision et de durabilité. Grâce à son expertise dans l'optimisation des coûts pour les constructions légères, PWO contribue à une conduite respectueuse de l'environnement et à une plus grande autonomie des véhicules.


 

Ces supports de tableau de bord sont isolés du boîtier du climatiseur par des boulons en caoutchouc sur métal.

 

 

 

PWO a reçu des demandes pour équiper les supports de tableau de bord avec des composants supplémentaires. Pour ces unités, il leur était demandé de mettre en place des amortisseurs de vibrations en caoutchouc-métal. Lorsque BMW a demandé un découpleur pour le boîtier du système de climatisation déjà monté sur les supports en acier, PWO a fait appel aux spécialistes de Angst+Pfister. Les amortisseurs en caoutchouc-métal devaient relier le boîtier du système de climatisation aux supports et éviter les vibrations ainsi que le bruit.
 

Relever les défis ensemble
 

BMW a confié ses exigences techniques concernant le design. Angst+Pfister a su marier le langage technique spécifique avec les exigences correspondantes. « Il s'agissait d'assister PWO d'un point de vue technique afin de remplir le cahier des charges de BMW : Qu'est-ce que la vulcanisation ? Comment lier le caoutchouc et le métal ? », raconte Mario Eckel. Le découpleur est composé de deux tiges filetés en métal pressés à froid et associés à du caoutchouc (voir image 2). L'élément ressemble à un amortisseur standard tout à fait normal, mais le vrai défi résidait dans la conception des tiges filetées. Le diamètre de 23 millimètres ne devait pas être modifié. Le problème : le grand diamètre de la tête de tige par rapport au filetage est sensible aux fissures lors du vissage automatique. Or, ce procédé est utilisé lors de la production par les robots de PWO et de BMW. Il fallait définir le bon procédé de production des pièces métalliques et trouver un partenaire qualifié. Enfin, la solution devait fonctionner pour une production en série.

La fabrication de tels tiges filetées pressés à froid est très exigeante. Angst+Pfister a activé son réseau dans toute l'Europe. Sa succursale en Turquie a fait de même en Asie. « Tout le monde a refusé ! », se souvient Mario Eckel. Aucune entreprise ne voulait de cette « patate chaude ». C'était trop risqué. Heureusement, les ingénieurs de Angst+Pfister ont fini par trouver un sous-traitant qualifié, capable non seulement de produire des pièces d'assemblage d'une telle complexité mais qui avait aussi de l'expérience dans l'industrie automobile. Toutefois, même ces experts ont eu besoin de temps pour concevoir et penser les différentes étapes du procédé de production afin que les boulons hexagonaux soient parfaitement adaptés à l'assemblage automatique. Ce partenaire devait en même temps se faire auditer et accepter dans l'organisation des partenaires fournisseurs de Angst+Pfister : la date de début de la production en série se rapprochait de plus en plus.

« Le défi suivant a été la vulcanisation », poursuit Mario Eckel. L'apprêt, qui sert à adhériser le métal au caoutchouc, ne s'est pas harmonisé avec le revêtement de surface défini par la norme BMW. Certains composés du revêtement empêchaient une adhérence propre avec le caoutchouc. Par conséquent, les premiers composants ont échoué aux tests. L'équipe de Angst+Pfister a dû trouver un autre matériau qui présente les mêmes propriétés aux tests que celles exigées par la norme mais qui serait plus adapté au processus de vulcanisation. Angst+Pfister a alors eu recours au savoir-faire de ses équipes et utilisé ses propres systèmes de revêtement et sa grande expérience en matière de liants. Les tests ont pu être menés rapidement en interne.

L'un de ces tests est le test au brouillard salin. Il s'agit de mesurer la corrosion formée par les intempéries : à quelle vitesse les éléments rouillent-ils ? Un autre test permet de vérifier la liaison entre le métal et le caoutchouc en soumettant les éléments à des charges jusqu'à la défaillance. Les couples à transmettre sont également vérifiés : comment se comporte le découpleur lorsque les deux tiges filetées subissent un couple de rotation opposé ? « Nous avons réussi à dépasser les exigences de BMW : la pièce ne se déchire que lorsqu'elle est soumise à une force extrême », déclare Mario Eckel. Il s'est donc occupé de la dernière étape : le marquage de la référence de l'article dans le caoutchouc.
 

Certifié avec la qualification maximale

Après le lancement réussi de l'élément selon le processus de validation automobile « PPAP - Niveau 3 », les équipes de PWO et de Angst+Pfister se sont rencontrées à l'usine turque de Bursa. Comme il s'agissait de la première commande de PWO, un audit selon VDA 6.3 était prévu. Angst+Pfister a obtenu la qualification maximale et est maintenant certifié IATF-16949. PWO dispose désormais d'un partenaire certifié pour ses découpleurs et pourra à l'avenir effectuer d'autres commandes d'unités avec des composés en caoutchouc-métal. L'entreprise a déclaré : « L'une des clés de notre réussite a été la proximité client dont Angst+Pfister a fait preuve. Ils ont réagi très rapidement à nos besoins et sont venus à de nombreuses reprises dans nos locaux. On peut vraiment compter sur Angst+Pfister. »


 

En savoir plus sur la technologie APSOvib® Antivibration

 

En savoir plus sur nos solutions pour l'industrie automobile



published: 22 oct. 2020 à 14:37:00  by: Angst+Pfister Group