Menu

Se comprendre à distance – la communication est la clé

Gagner la confiance de nouveaux clients, surmonter les obstacles culturels et linguistiques, clarifier des questions techniques complexes – plus les questions essentielles sont « subtiles », plus la communication devient difficile lorsqu’elle est numérique. Même en pleine pandémie, grâce à leur approche consultative basée sur une solide communication, les ingénieurs d'Angst+Pfister se sont aventurés dans des projets difficiles où l'échec n'est pas envisageable – par exemple, trois nouveaux composants antivibratoires pour la société sud-coréenne Dawonsys.

Dawonsys est une grande entreprise technologique sud-coréenne qui fabrique notamment du matériel roulant pour l'industrie ferroviaire. L'un de ses bogies est utilisé par Hyundai Rotem – la division ferroviaire du groupe Hyundai Motor – pour un train à unités multiples avec lequel la compagnie ferroviaire publique sud-coréenne Korail exploite des liaisons à grande vitesse. « You will never fail with Dawonsys » est la devise de l'entreprise. Les ingénieurs d'Angst+Pfister se sont sentis également investis par cette promesse.

« Nous étions certains de pouvoir convaincre le nouveau client en Corée du Sud de nos capacités techniques », se souvient Arno Vinzens, chef de projet des ventes pour la technologie de l’antivibration au siège d'Angst+Pfister à Zurich. Le défi consistait plutôt à combler la distance géographique pendant la pandémie par une communication purement numérique. En même temps, nous avons été confrontés à des différences culturelles et linguistiques. Il a fallu organiser une logistique exigeante entre les usines internationales d'Angst+Pfister, un nouveau partenaire de distribution sud-coréen et les clients finaux de manière à rendre effectif un accord de libre-échange, entre autres.

Surmonter les obstacles culturels grâce à la communication numérique

Sur place, en Corée du Sud, la société Sealstar a coordonné pour la première fois l'interface entre Dawonsys et Angst+Pfister. Group Engineering en Suisse a pris en charge le projet directement – nous n'avons pas impliqué d'entreprise nationale. Il a fallu apprendre très rapidement la culture de travail du client. Aujourd'hui, Michael Forrer, ingénieur senior, se réjouit de la réussite de ce projet : « Nous avons l'habitude de nous rapprocher de la solution idéale étape par étape au cours d'un projet. Au début, nous travaillons généralement à partir d'hypothèses. Les connaissances acquises peuvent entraîner de légères modifications lors de la mise en œuvre ou même ouvrir des voies complètement nouvelles. »

Dans ce projet, en revanche, toutes les valeurs initiales définies avant même la phase de prototypage ont été considérées comme sacro-saintes dès lors qu'elles ont été diffusées dans la chaîne logistique vers le client final. Ces valeurs définissaient déjà de manière très détaillée : Qu'est-ce qui sera testé ? Comment cela sera-t-il testé ? Pour cette raison, Angst+Pfister a dû soumettre des propositions contraignantes. « Une communication réfléchie et incroyablement précise était donc nécessaire dès le départ. » Les écarts n'étaient guère possibles au cours du projet : « Même les personnes ayant l'habitude de traiter avec l'Asie doivent être capables de gérer les spécificités nationales pour mener à bien des projets dans de nouveaux pays », ajoute Arno Vinzens. Cela a parfois nécessité des solutions créatives de la part d'Angst+Pfister : par exemple, adapter légèrement la conception des composants afin que les tests puissent être effectués de manière raisonnable et exactement comme définis au début du projet.

Établir la confiance par la transparence et l'expérience

Trois composants caoutchouc-métal différents ont été nécessaires : les tampons transversaux du bogie absorbent les forces centrifuges latérales du châssis du wagon en amortissant ses axes plongeants. Pour ce faire, les tampons ont besoin d'une rigidité progressive, qui offre une résistance croissante avec l'augmentation de la pression. Un palier guide-essieu isole le châssis du bogie des vibrations d'entraînement causées par l'irrégularité des rails. Les roulements sphériques réduisent les vibrations entre le châssis du wagon et le bogie dues aux forces de freinage. « Les trois composants personnalisés contribuent de manière significative au fonctionnement du nouveau bogie », se félicite Michael Forrer. En particulier, nous avons pu apporter notre expérience en matière de tests de durée de vie et de respect des exigences en matière d'homologation et de certification.Le projet a été divisé en deux parties, Angst+Pfister ne s'étant vu attribuer que le premier volume de production au début. Au fur et à mesure de l'avancement du projet, les Sud-Coréens ont décidé de continuer à faire confiance à Angst+Pfister. « Notre co
mmunication ouverte et transparente a certainement aidé », déclare Michael Forrer. Entre-temps, plusieurs milliers de composants issus de la production turque d'Angst+Pfister ont été livrés par fret aérien en Corée du Sud.

«Une communication réfléchie et incroyablement précise était donc nécessaire dès le départ.»

Arno Vinzens, Sales Project Manager Antivibration Technology, Angst+Pfister Group

«Les trois composants personnalisés contribuent de manière significative au fonctionnement du nouveau bogie.»

Michael Forrer, Senior Engineer Antivibration Technology, Angst+Pfister Group

 

Mehr Informationen über unsere Stahl-Gummi-Kappe für Automobil-Wasserpumpen

NOS PRODUITS DE TECHNOLOGIE DE L'ANTIVIBRATION

NOS CAPACITÉS

INDUSTRIE FERROVIAIRE



published: 10 mars 2022 à 15:34:00  by: Angst+Pfister Magazin2022